agrandir le texte retrecir le texte

La Guadeloupe panse ses plaies après Maria

Gourbeyre se relève après la tempête

Alors même qu’ils faisaient montre, en direction des populations des Îles du Nord, de la générosité qui les caractérise, les habitants de l’archipel de Guadeloupe, et singulièrement les Gourbeyriens, étaient à leur tour victimes du passage d’un ouragan dévastateur. Si l’ouragan MARIA s’est avéré moins puissant que l’ouragan IRMA il n’a pas été sans conséquences matérielles et humaines graves pour certains d’entre nous. Au lendemain du passage du phénomène cyclonique, la Guadeloupe devait déplorer la mort de deux de ses habitants.

À Gourbeyre plus d’une centaine de familles ont été particulièrement touchées et doivent entreprendre des travaux de reconstruction. Deux familles sinistrées ont été relogées par nos soins et la municipalité a contribué au placement de deux personnes âgées, dont les maisons ont été endommagées, à la MAPAD « Les Flamboyants ».

L’activité des professionnels installés dans la commune a également été impactée.

La solidarité doit là aussi jouer et l’équipe municipale sera à leur côté pour les accompagner.

L’arrêté portant reconnaissance de catastrophe naturelle aux Antilles a été publié le dimanche 24 septembre 2017.

Les Îles du Nord et l’ensemble de la Guadeloupe ont été reconnues en état de catastrophe naturelle.

Toutes les communes de Guadeloupe (hormis Saint-Claude) étaient concernées par les dommages liés aux inondations par choc mécanique des vagues et la plupart par les dommages liés aux inondations et coulées de boue. Mais le gouvernement n’a reconnu l’état de catastrophe naturelle en raison des vents cycloniques que pour les seules communes de Terre-de-Bas et de Terre-de-Haut. Une différence de traitement face à laquelle le maire de Gourbeyre, comme d’autres, s’est opposé dans un courrier adressé au préfet de Région, Éric MAIRE.

Une pensée pour nos voisins de la Domonique

Gourbeyre est, de tradition, une terre d’ouverture pour la Dominique. Si nous devons panser nos plaies, nous ne manquons pas de regarder vers nos voisins, plus lourdement touchés que nous par l’ouragan MARIA.

« Aux Dominicais résidant sur le territoire de Gourbeyre, ainsi qu’à leurs parents sur l’île, nous souhaitons du courage afin qu’ils se reconstruisent ».

M. Bernard HARAL, tolier-peintre depuis plus de 45 ans.

Mme Christiane SAMINADIN, agricultrice, doit faire face à de nombreuses pertes dans son exploitation. « Je veux seulement que l’on m’aide pour reconstruire au moins l’une de mes serres ». Il faudra des mois et beaucoup de labeur à Christiane SAMINADIN pour revenir à une production normale.

MORENO MENUISERIE à Champfleury.

Mme LEZENDRON BLANCHET, habitante. « Cela prendra le temps qu’il faut mais je reconstruirai ma maison ici ».

L’article 2 de l’arrêté portant reconnaissance de catastrophe naturelle précise que : « L’état de catastrophe naturelle constaté par arrêté peut ouvrir droit à la garantie des assurés naturelles sur les biens faisant l’objet des contrats d’assurance visés au code des assurances, lorsque les dommages matériels directsqui en résultent ont eu pour cause déterminante l’effet de cet agent naturel et que les mesures habituelles à prendre pour prévenir ces dommages n’ont pu empêcher leur survenance ou n’ont pu être prises. En outre, si l’assuré est couvert par un contrat visé au code des assurances, l’état de catastrophe naturelle constaté peut ouvrir droit à la garantie précitée, dans les conditions prévues au contrat d’assurance correspondant ».

pour les familless assurées

La Fédération Française de l’Assurance a accordé aux assurés un délai jusqu’au 30 octobre pour leur déclaration par téléphone ou par courrier en fournissant tout moyen
d’attester de leurs dommages.

Pour les dégâts matériels non assurés

Sous certaines conditions, les dégâts matériels non assurés peuvent être indemnisés par le fonds de secours pour les Outre-mer, dispositif complémentaire à celui des assurances.

Pour les agriculteurs

Les agriculteurs sinistrés qui souhaitent obtenir une aide au titre du fonds de secours pour les Outremer doivent établir un dossier de déclaration de dommages agricoles.
Pour prétendre à une aide, ils doivent avoir subit un niveau de perte au mois égal à 25% du tonnage de référence et avoir enregistré au moins une perte de 13% de leur
chiffre d’affaires total de l’année.

Pour les entreprises

Les entreprises qui connaissent des difficultés dans le redémarrage de leur activité, à la suite du passage de l’ouragan MARIA, peuvent s’adresser à un guichet unique, à l’adresse de messagerie : demarches-entreprises@guadeloupe.pref.gouv.fr

Une cellule d’accompagnement a été mise en place avec la DRFIP, la CGSS, la CGRR, le RSI, l’IEDOM, la DIECCTE, Pôle emploi, l’AFD, BPI France les banques et compagnies d’assurance.

LE CENTRE COMMUNAL D’ACTION SOCIALE
À votre écoute

Les personnes qui se retrouvent en difficulté en raison du passage de l’ouragan MARIA peuvent également se rapprocher du CCAS afin d’être orientées vers les services pouvant répondre à l’urgence de leur situation.

CCAS : 0590 996 742

Ma mairie 24h/24
Mon Compte Citoyen
Publication
Agenda